Pour notre premier article consacré aux spiritueux, nous allons parler de Rhum. Sachez que nous ne buvons que très rarement du Rhum. Les ¾ de ces breuvages, issues de la canne à sucre, que nous buvons sont en réalité du Ron. Rhum ? Rum ? Ron ? Nous allons tenter de vous aider à faire la différence entre ces appellations et à choisir votre camp.
Tout d’abord, il est important de noter que, du fait du grand nombre de lieux et de ses spécificités de production, il est très difficile de classer les rhums au même titre que l’on classe les whiskies ou les brandies par leurs régions de production.

L’histoire des Rhums

Notons tout d’abord que le Rhum est un produit qui voit son essor naitre avec les colonies. À l’époque, les colons imposaient les méthodes de production du Rhum dans leurs colonies afin d’adapter les produits aux goûts des consommateurs en métropole. On distingue donc à ce titre 3 grand types de Rhums :

etiquette-rhum-martinique

Le style Français qui est celui que l’on appelle le « RHUM »

Principalement produit en Haïti, en Guadeloupe, en Martinique évidemment ou encore à la Réunion. On aura tendance à parfois l’appeler Rhum des Antilles, il est (par chauvinisme ou non) le plus réputé. Ce Rhum aux influences françaises a hérité de la culture et du savoir-faire de la métropole en matière de vin et spiritueux ; il est par conséquent le seul Rhum à bénéficier d’un cadre légal de production, d’appellations et même d’une AOC exclusive au Rhum produit en Martinique. De plus est classé au même titre que les brandies XO, VSOP etc. Par ailleurs, le Rhum des Antilles est le seul à pouvoir mettre en avant des fûts millésimés. En revanche, ce type de Rhum ne représente que 2% de la production mondiale.

Le style Britannique qu’il est communément appelé le « RUM »

Principalement produit à la Barbade, à la Jamaïque et à Belize, le Rum s’est très vite invité sur les tables britanniques pour de nombreuses raisons dont la principale est géopolitique. En effet une grande partie des boissons alcoolisées à cette époque sont le vin et les brandies qui doivent être importés de France et d’Espagne ; des pays alors ennemis. De fait, le Rum disposait d’un avantage certain : il est fabriqué dans les colonies donc sur le sol britannique. Un privilège de taille à l’époque.

Le Rum à pendant longtemps eu des propriétés supposées bénéfiques pour la santé. Il était commun de dire que boire du Rum permettait de vivre plus vieux. Par conséquent, il était parfois bu comme un médicament. Des propriétés sans doute liées au fait que la couronne préférait voir du Rum « made in UK » que du vin « made in France » mais ne nous égarons pas en conjectures.

vaisseau-en-mer

Souvenons-nous également du deuxième nom de ce Rum : le Navy Rum. Il est nommé ainsi car les navires de sa majesté partaient tous avec une ration de Rum dans leurs calles afin d’être distribuée aux marins et aux officiers dans pour apporter courage et réconfort pendant les longues traversées en direction de contrées exotiques.

havana-club

Le style Espagnole : le « RON »

Principalement fabriqué à Cuba, à Porto Rico, au Venezuela ou en République Dominicaine. On peut voir que, de manière générale, le Ron est produit dans la quasi intégralité des anciennes colonies Espagnoles. On compte donc toute l’Amérique du sud et l’Amérique centrale en plus des îles des caraïbes citées plus haut. Les distilleries de Ron sont généralement de petite taille et ont vocation à couvrir la consommation de leur pays. Seules certaines distilleries ont réussi à devenir suffisamment importantes pour exporter leurs produits. Si bien que le marché Européen se retrouve si inondé de Ron qu’on ne fait pas vraiment la différence entre ces produits issues de la canne à sucre.

Petit Focus sur l’île de Cuba qui dispose d’une vraie culture historique du Ron. Cuba était l’un des plus gros producteurs de sucre au monde au début du XIXème siècle. C’est pourquoi l’ile s’est tout naturellement dotée de distilleries de Ron. On y voit alors apparaitre de grandes marques qui inventèrent de nouveaux procédés de fabrication afin d’améliorer grandement la qualité du Ron. C’est à partir de l’invention du « Ron Superior » que Cuba devient l’un des plus gros producteurs de Ron après la Guyane et la Martinique.

Malheureusement, en 1960, on assiste à une nouvelle horreur liée au communisme. Fidel Castro expulse les grandes familles propriétaires de cannes à sucre et de distilleries afin de les nationaliser. Ces familles, détentrices de tout le savoir-faire et de l’identité du Ron cubain, sont alors forcées de produire leur Ron sur d’autres îles.
Aujourd’hui le débat subsiste donc encore sur l’appellation « Ron Cubano ». Doit-elle concerner que le Ron produit sur l’île ou doit-elle également concerner les Rons produits sur d’autres îles mais suivant les modes de fabrication historiques cubains ?

Les modes de fabrication

On obtient du Rhum en distillant un liquide fermenté issu de la canne à sucre alors appelé vin ou vinasse. La principale différence entre les Rhums réside dans les matières premières utilisées ainsi que dans les modes d’obtention de ce vin.

Le Rhum

Le Rhum Français est le seul Rhum ayant l’appellation de Rhum Agricole en opposition aux autres produits qui sont appelés Rhums industriels. Ainsi, le rhum agricole est issu du broyage de la canne à sucre dont on récupère le jus alors appelé Vesou. Celui-ci est ensuite fermenté à l’aide de levures qui transforment le sucre en alcool permettant d’obtenir ce fameux vin. C’est à partir de ce moment-là seulement qu’intervient l’étape de la distillation puis de la mise en fût.

Le Rum

Le Rum et le Ron eux ne sont pas produits à partir de jus de canne mais à partir de mélasse. Qui est un liquide noir issue du raffinage du sucre. Que l’on fait également fermenter. En ce qui concerne le Rum, une fois la fermentation terminée il subit une double distillation. Procédé qui lui donne ses propriétés gustatives. Suit enfin la mise en fût.

Le Ron

Le Ron est issu du même procédé de fabrication que le Rum mais ne subit qu’une seule distillation. On dit généralement que ce type de Rhum est adapté aux cocktails.

Il est important de mentionner que les producteurs de Ron, notamment en Amérique du Sud (Guatemala, Venezuela), utilisent un nouveau procédé très en vogue et très apprécié qui consiste à faire s’évaporer le jus de la canne et donc concentrer les sucres afin d’obtenir un « miel de canne ». C’est à partir de ce miel obtenu que peut commencer la fermentation. C’est ce type de procédé qu’utilisent des distilleries comme Zacapa, Diplomatico ou Botran.

Les différences aromatiques

On observe que le Rhum agricole offre une palette aromatique bien plus large du fait de l’utilisation de différents types de cannes et méthodes de vinification. Le Rhum industriel en revanche va tirer ses palettes aromatiques des différentes colonnes de distillation utilisées.

LE RHUM FRANÇAIS OU AGRICOLE

Ce Rhum est considéré comme plus sec, avec des notes florales voir fruitées.

LE RUM

Ce Rum est huileux et très épais. Il est assez épicé et propose une intensité aromatique importante.

LE RON

Le Ron lui est beaucoup plus doux et léger. On dit souvent qu’il est idéal pour les cocktails.

Les différentes marque

LE RHUM AGRICOLE

  • Clément
  • HSE
  • Bailly
  • Père Labat
  • Neisson

RUM

  • Forsyth
  • Appleton
  • Mount Gay
  • L.Seale

RON

  • Diplomatico
  • Arcanes
  • Angostura
  • Pacto Navio
  • Angostura